GAIZCA PROJECT

GAIZCA PROJECT

🟩 IALMA

Il n’apparaĂźt pas d’association plus Ă©vidente que celle du mot « camiño » (le chemin) avec la ville de Santiago de Compostela (Saint-Jacques de Compostelle). ParticuliĂšrement quand cette association est portĂ©e par 4 de ses plus fiĂšres ambassadrices : IALMA ; ces 4 ravissantes « cantareiras » qui, depuis prĂšs de 20 ans, chantent et jouent leur rĂ©gion d’origine – la Galice – Ă  travers le monde entier.

Depuis leurs tout débuts et « Palabras Darei », leur 1er album, que de chemins parcourus.

Des chemins encore vierges, aux dĂ©tours desquels se trouve la rencontre, souvent inattendue mais au combien riche en dĂ©couvertes ; des chemins de traverse qui sentent bon l’aventure et la libertĂ© ; des chemins escarpĂ©s qui ont parfois semĂ© le doute sur la voie Ă  suivre; des chemins dĂ©tournĂ©s, sources d’expĂ©riences nouvelles ; des chemins qui ont ainsi croisĂ© les routes de nombreux artistes aux univers bien diffĂ©rents avec lesquels elles n’ont pas hĂ©sitĂ© Ă  faire
 un petit bout de chemin, tels Dulce Pontes, Carlos Nuñez, Kepa Junkera, Mercedes Peon, Eliseo Parra, mais aussi Arno, Zefiro Torna, Philippe Catherine, Renaud, Lucilla Galeazzi, Leila Amezian, Manou Gallo, Carlo Rizzo, Quentin Dujardin, Dick Van der Harst, Urban Trad, Fabrizio Cassol, Perry Rose, 


Bien que rĂ©sidant Ă  Bruxelles, Veronica, Natalia, Marisol et Eva sont en connexion permanente avec la Galice. La culture musicale et les traditions galiciennes sont en effet leurs intarissables sources d’inspiration qui leur ont permis de construire, petit Ă  petit, un rĂ©pertoire de chants empruntĂ©s Ă  leurs racines mais adaptĂ©s Ă  leur quotidien : celui de femmes d’aujourd’hui, en prise avec plusieurs cultures, plusieurs langues, plusieurs esthĂ©tiques musicales.

IALMA est le tĂ©moin de cette Ă©volution musicale et artistique qui a commencĂ© dans la tradition orale galicienne et s’est ensuite aventurĂ©e vers un mixage surprenant, avec une nouvelle gĂ©nĂ©ration de rythmes et de tendances.

« DĂ©couvrir de nouvelles cultures musicales nous permet de nous enrichir et de nous connaĂźtre mieux ». Voici la meilleure façon de dĂ©finir l’évolution du projet artistique de IALMA et son importante contribution Ă  perpĂ©tuer, rĂ©nover et faire Ă©voluer ce genre musical particulier.

🟩 Iñaki PLAZA

Iñaki Plaza (Urduña, Bizkaia, 1976) commence Ă  Ă©tudier la trikitixa (accordĂ©on diatonique basque) et les percussions traditionnelles basques (txalaparta et tambourin) en 1993. Quelques annĂ©es plus tard, il Ă©tudie aussi d’autres percussions ethniques, tels que le cajon, le bodhran, le darbuka ou les tablas indiens. 

Il joue la trikitixa avec le groupe “Izalde” de 1994 à 1999 et avec “Sorbeltz” jusqu’en 2001.

De 2001 à 2007, il joue la trikitixa, la txalaparta et les percussions avec Kepa Junkera, Ibon Koteron et “Etxak”.

De 2004 à 2012, il travaille avec “Ion Garmendia” sur le projet “O+Hatz” (hogeihatz).

Iñaki PLAZA a Ă©galement enregistrĂ© sur les albums de, et accompagnĂ© en concert , BerrogĂŒetto (“Viaxe por urticaria”1999, “Renovart” banda sonora 1998), Kepa Junkera (“K” Grammy latino 2004, “Athletic Bihotzez” 2004, “Hiri” 2006), Ibon Koteron (“Airea” 2004), Kukuma (“Kukuma” 2004), Araba euskaraz 2003 (“Orobil borobil” 2003), Bilboko konpartsak (“Aste nagusia 25 urte” 2002), Sobrino Sobrado (“Van pasando los años”2006), Faltriqueira (“Effecto faltriqueira” 2006), Tejedor (“Musica na maleta” 2006, “Positivu” 2011, Coetus (Entre Tierras 2012), Gere (La gran casa), Ialma (Camiño 2016), Kila, Zafrafolk, Gontzal Mendibil, Fran Idareta, Susana Seivane… et des groupes de Valencia, Bilbao, Tenerife, Albacete…

Il a jouĂ© sur la bande originale du film “La torre de Suso” 2007.

Il enseigne la trikitixa, la txalaparta et les percussions depuis 1996 dans diffĂ©rentes Ă©coles basques, telles que “Musikene”, Amurrio, Urduña et l’école de musique de Bilbao Trikitixa.

Il a Ă©galement donnĂ© plusieurs masterclasses Ă  l’Instituto Cervantes de Chicago, Ă  l’Instrument Museum de Munich, aux Ă©coles de musique de Seattle (Washington), Reno’s University (Nevada).

Il a rĂ©alisĂ© plusieurs tournĂ©es, en solo ou comme musicien accompagnateur, Ă  Bilbao, Donostia, Catalonia, Madrid, Valencia, Los Azores, Castille LeĂłn, Castille la Mancha, Murcia, AragĂłn, Asturias, Cantabria, AndalucĂ­a, Galicia, Tenerife, Lanzarote, Gran Canaria, Portugal, France, Italie, Allemagne, Angleterre Ecosse, Irlande, Belgique, Hollande, Suisse, Autriche, Pologne, NorvĂšge, Bosnie, Maroc, Etats-Unis, Uruguay, Chili, Chine, Japon…

🟩 Manu SABATE

Manu SABATE est né à Barcelona en 1989.

En 2015, il est diplĂŽmĂ© d’un Master de musique Ă  la Sibelius AcadĂ©mie d’Helsinki et en Arts Management Ă  la Catalan Open University (UOC).

En 2012, il obtient un diplîme de “gralla”, hautbois traditionnel de Catalogne à l’ESMUC (Superior School of Music from Catalonia).

Manu SABATE a Ă©tĂ© un des premiers musiciens catalans Ă  porter la “gralla” hors de son contexte traditionnel et Ă  l’expĂ©rimenter dans des genres et des langages nouveaux, telle que l’improvisation. 

Outre la “gralla” Manu SABATE joue la clarinette basse, la tarota et la tenora (un autre hautbois traditionnel catalan).

Il a Ă©tĂ© le leader d’Inxa Impro Quintet, depuis 2012, un groupe qui a rĂ©ussi la fusion de la musique traditionnelle catalane , du jazz et du rock et a enregistrĂ© 3 albums : All that trad (2013), Kind of Trad (2014) and Out of Trad (2017) ; projet avec lequel, en 2013, ils ont remportĂ© la compĂ©tition musicale “Sons de la MediterrĂ nia”, organisĂ©e par la Fira MediterrĂ nia de Manresa.

En 2017, Manu SABATE a aussi enregistrĂ© l’album Spontus & Manu SabatĂ©, un projet nĂ© en 2014 de la collaboration avec le groupe breton de folk  “Spontus”. Il a aussi enregistrĂ© “The Beauty and Mystery of the Prime Numbers” avec l’ensemble Ethic Labs et participer sur l’album “Fok” de Kepa Junkera.

En 2016, il enregistre avec le ska-jazz band “L’Home Llop & The Estramats” – “Volum 1” et avec Etnojazz quartet Alenky leur premier album.

En 2015, il s’impose comme leader du “NewCatalan_Ètnic”, avec lequel il rĂ©alise l’album “Ruralisme Il·lustrat”, le groupe combine le son des instruments traditionnels catalans avec d’autres langages musicaux, explorant des morceaux traditionnels. Il a aussi collaborĂ© avec l’Harmonica Brava tribute, sous l’égide de CAT au Barcelona Auditorium, partageant la scĂšne avec Carles Benavent et Joan Albert AmargĂłs. Il enregistre aussi l’album cover de Morena.

En 2014, il enregistre “Buurr” avec FolkMus,  un projet musical de l’Union europĂ©enne et, en 2013, il enregistre “FBB” avec le Sibelius Folk Big Band.

A prĂ©sent, Manu SABATE enseigne la musique traditionnelle Ă  l’Aula de Sons de Barcelone et de Vilafranca, et Ă  l’EMAP (Escola MĂșsica de l’Alt PenedĂšs).

Manu a Ă©galement Ă©tĂ© actif dans plusieurs autres Ă©coles de musique en Catalogne, telles l’Aula de Sons Ă  Reus, au CAT, Ă  la MusicActiva school de Barcelone et aussi, dans divers camps musicaux des PyrĂ©nĂ©es. 

Comme Arts Manager, il a travaillĂ© au sein des Jeunesses Musicales d’Espagne (JMS), avec ADEP.cat Ă  l’occasion du projet du NewCatalan Ensemble, et organisĂ© le Musical Figarot,  festival de musique traditionnelle Ă  Vilafranca del PenedĂšs en 2016 et 2017.

Inscrivez-vous Ă  notre newsletter mensuelle!

Et soyez le premier informé de nos activités

SceneOff. © 2019 Bruxelles, Belgium